Le nec plus ultra, partout dans le monde!
08.03.2015
Hygiène

Les implants sont de plus en plus d'actualité dans les cabinets dentaires et pour les patients.

La plus grande société européenne spécialisée dans ce domaine, la société allemande d'implantologie (Deutsche Gesellschaft für Implantologie (DGI)) part du principe que par an, environ un million d'implants dentaires sont posés chez les patients – Et la tendance est à la hausse.

Ce soin a cela de captivant que grâce aux implants fixes, autant des dents isolées que des dents manquantes sont comblées. De plus, diverses possibilités de soin s'offrent à la mâchoire supérieure ou la mandibule entièrement édentée. Mais un patient traité aux implants n'est pas automatiquement débarrassé de tous ses soucis. Comme pour les dents naturelles – et peut-être même encore davantage – les implants requièrent une bonne hygiène buccale et un suivi médical.

La raison est simple : la jonction entre les tissus mous péri-implantaires et l'abutment de l'implant n'est pas aussi dense que celui du tissu conjonctif parodontal d'une dent naturelle. Ainsi, les implants sont moins protégés contre des bactéries qui s'infiltrent. Si une inflammation se développe, elle progresse plus rapidement sur les implants que sur les dents naturelles et peut plus facilement avancer jusqu'à l'os maxillaire. Dans le pire des cas, le patient est menacé de perdre l'implant. Même si, selon la DGI, cela arrive très rarement – en moyenne sur cinq à dix pour cent de tous les implants posés.

Des experts ont rassemblé des facteurs de risque pour de telles inflammations péri-implantaires (mucosites péri-implantaires et péri-implantite) : mauvaise hygiène buccale, tabac, denture non traitée et aussi micro-mouvements de l'implant.

C'est pourquoi, la prophylaxie est particulièrement importante pour ce genre de patients. Les dépôts bactériens peuvent se fixer particulièrement facilement sur les implants puisque la surface est spécialement préparée et particulièrement biocompatible. En même temps, les dépôts fixés sur l'implant ne s'éliminent que très difficilement. Les instruments habituels destinés à l'élimination de la plaque – comme la curette ou le scaler – ont des difficultés à enlever les dépôts. La zone dans laquelle l'assistante dentaire doit travailler est très sensible. Exercer une pression ou une force trop importante peut entraîner une lésion tissulaire ou une détérioration de l'implant. Cela n'améliore pas la situation, bien au contraire. Pourtant, les dépôts situés sur les surfaces de l'implant doivent être éliminés. Ici, des procédés plus doux, tels que la technologie des ultrasons, se prêtent à ce genre d'opération. Pourtant, ces appareils bougent souvent de manière elliptique, ce qui ne permet pas de travailler sans vibration à la surface des implants.

La pièce à main Vector de Dürr Dental spécialement conçue pour le traitement de la péri-implantite et de maintien constitue une alternative douce. Cet instrument permet d'effectuer un nettoyage fiable et minutieux des surfaces des implants, sans les endommager. Grâce à un oscillateur linéaire breveté, les instruments sont exclusivement déplacés parallèlement à la surface des implants. Les instruments en matériaux renforcés par des fibres permettent d'obtenir un traitement de la péri-implantite réussi cliniquement. Combinés au Vector Fluid polish, un agent de polissage doux en hydroxyapatite, le biofilm est éliminé efficacement et donc, la recolonisation bactérienne est contrôlée efficacement.

En résumé : les patients dotés d'implants nécessitent des soins parodontaux de maintien à intervalles courts. Le sondage devant s'effectuer très prudemment afin qu'aucun tissu ne soit meurtri au niveau de l'implant. En outre, une bonne hygiène buccale est importante autant que le nettoyage délicat des surfaces des implants avec un procédé adéquat.

Publié par: rf
Les implants

to top