Le nec plus ultra, partout dans le monde!
22.02.2015
Hygiène

Une image vaut mille mots, comme dit le dicton.

Mais même un système radiographique numérique dernier cri ne garantit pas forcément des radiographies précises. Malgré toute la technique à disposition, les erreurs radiographiques sont fréquentes. Même si la sur- et sous-exposition sont largement maîtrisées par la technique numérique, de mauvaises radiographies voient le jour en raison, surtout, d'un positionnement erroné.

Les trois supports radiographiques - film, écran à mémoire et capteur - présentent souvent le même type d'erreurs.

En font partie par exemple : des images déformées de la dent dues à un pliage du film ou de l'écran à mémoire, ou bien une dent non reproduite ou en partie seulement car le patient a bougé le film et /ou le capteur ne peut pas être bien positionné (par exemple en cas de palais plat) et/ou un format inadapté de film a été utilisé. La dose de rayons X également peut être trop faible dès lors que les paramètres de radiographie sont mal réglés et/ou le cône de radiographie mal positionné.

Concernant justement le cône de radiographie, il est important que son bras soit correctement ajusté et que sa position soit fixe. Car il suffit que le cône de radiographie s'éloigne de quelques centimètres du patient pour que la dose de rayonnement diminue considérablement.

Le résultat : des radiographies sous-exposées. Des angulateurs positionnés avec la technique perpendiculaire/du parallélisme constituent la solution à ces problèmes. Ils offrent stabilité et protection contre les déformations et les torsions.

Les angulateurs permettent de positionner de manière exacte et reproductible les films radiographiques, les écrans à mémoire ou les capteurs tout en n'exigeant qu'une faible collaboration du patient. Les images ne sont pas donc déformées et les dents ne se chevauchent pas.

Il existe en outre des plaques d'occlusion spécifiques pour écrans à mémoire destinées à protéger le matériau (les écrans à mémoire sont utilisés plusieurs centaines de fois). Car certains systèmes de support de technique de l'angle droit laissent des rayures sur les écrans. Les angulateurs de Dürr Dental garantissent une protection optimale de l'écran à mémoire grâce à des bords ébarbés et arrondis. Nous proposons des angulateurs pour tous les domaines d'application. Les cabinets qui veulent passer du film radiographique à l'écran à mémoire devraient justement vérifier que leur système de support existant convient également pour les écrans à mémoire. Il est incontestable que les films radiographiques et les écrans à mémoire livrent de meilleurs résultats que les capteurs. Car les films et écrans à mémoire engendrent moins d'erreurs radiographiques – leur positionnement dans les zones intra-orales difficiles est justement plus facile. Une étude actuelle réalisée aux Pays de Galles le confirme également.

Les films et les écrans à mémoire offrent l'avantage, par rapport à la technique des capteurs, de pouvoir accueillir tous les formats intra-oraux. La taille 3 spéciale (format 2,7 × 5,4 centimètres) pour la radiographie bite-wing permet de réaliser un diagnostic complet de carie en seulement deux prises de vue. Le temps destiné au positionnement est plus court, l'irradiation pour le patient plus faible. L'excellente qualité d'image constitue un autre avantage du film et de l'écran à mémoire par rapport à la technique des capteurs. En effet, 100 pour cent de la surface est utilisée activement pour la radiographie. Les deux systèmes sont en outre souples, fins et agréables pour le patient.

Les capteurs, par contre, sont rigides et relativement épais. Chaque capteur dispose également d'un cadre de protection qui réduit la zone de diagnostic. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la technique perpendiculaire/du parallélisme, un guide correspondant est disponible via le téléchargement à partir du code QR annexé.

Publié par: rf
Une image vaut mille mots, comme dit le dicton.